Des outils parés pour l’avenir

22.08.2018

Les fabricants d’outils de précision présentent des solutions novatrices pour les nouveaux matériaux et apportent leur contribution à la digitalisation

L’AMB 2018 est placé sous le signe de nouveaux records. Grâce aux 15 000 mètres carrés supplémentaires du nouveau pavillon Paul Horn (hall 10), la superficie brute totale disponible passe à 120 000 mètres carrés et permet d’accueillir plus de 1 500 exposants. Ces derniers attendent près de 90 000 visiteurs professionnels internationaux dans les domaines des machines-outils pour l’usinage par enlèvement de copeaux ou par ablation, des outils de précision, des techniques de métrologie et d’assurance qualité, des robots, des systèmes de manipulation des pièces et des outils, des logiciels industriels et d’ingénierie, des composants, des sous-ensembles et des accessoires. Avec l’extension du salon, les fabricants d’outils d’usinage et d’éléments de fixation occuperont les halls contigus 1 et 3, et ne seront plus séparés par l’entrée Est et le hall d’entrée.

La tendance générale est à la digitalisation. Cela se reflète aussi dans le programme du salon. Pour la première fois, le salon accueillera, outre les manifestations bien établies, l’exposition spéciale « Digital Way » assortie d’un congrès de deux jours les 18 et 19 septembre. Grâce aux présentations Elabo Smart Factory et Gewatec Lernfabrik, elle informera aussi les entreprises industrielles sur les utilisations potentielles de la digitalisation en se basant sur les technologies de l’information actuelles.

Un optimisme de mise au salon de Stuttgart

Les outils de précision allemands sont demandés dans le monde entier. Bien souvent, ce sont des petites et moyennes entreprises familiales qui font avancer le secteur avec leurs produits innovants. Pour la première fois, la barre des 10 milliards d’euros de chiffre d’affaires a été largement franchie en 2017. Et Markus Heseding, Gérant de l’Association professionnelle des outils de précision au sein du VDMA (Verband Deutscher Maschinen- und Anlagenbau), d’expliquer : « Tous les indicateurs clés concernant les outils de précision, des commandes à l’exportation en passant par la production, sont en 2017 nettement plus élevés que les chiffres correspondants en glissement annuel. » Ainsi, la progression du chiffre d’affaires est de sept pour cent pour les outils d’enlèvement de copeaux et même de neuf pour cent pour les moyens de fixation.

À cet égard, ce secteur exportateur a pu de nouveau s’appuyer sur ses ventes à l’étranger avec une augmentation de 12 pour cent, principalement grâce aux deux grands secteurs d’activité de la construction mécanique et de l’automobile. Le principal contributeur à ce résultat est la Chine, mais les États-Unis, malgré les velléités protectionnistes, ont aussi contribué fortement à l’exportation des outils de précision. Les exportations ont aussi été le moteur de la croissance pour les éléments de fixation, dont plus d’un tiers ont été à destination de la Chine.

C’est donc avec un état d’esprit positif, en dépit de tous les risques et incertitudes, que le secteur tourne ses regards vers Stuttgart. Selon Heseding : « La situation de l’industrie de l’outillage allemande atteint de nouveau un niveau record au cours des premiers mois de 2018. » L’association professionnelle table cette année sur une nouvelle progression de sept pour cent pour les outils d’enlèvement de copeaux et de huit pour cent pour les éléments de fixation. La raison à cela : « De nombreux clients travaillent à la limite de leurs capacités et recherchent des concepts d’outils leur permettant d’accroître leur productivité. L’AMB, en tant que vitrine de tels concepts, arrive donc à point nommé. »

De nouveaux défis avec l’électromobilité et la construction légère

La demande de nouveaux concepts d’outils se développe, non pas en dépit de l’électromobilité émergente, mais du fait de celle-ci. Comme l’explique le président de l’association : « Dans l’industrie automobile, l’augmentation des quantités mais aussi l’évolution vers des moteurs à haut rendement et des concepts hybrides constituent un facteur essentiel de la croissance. » C’est ce que confirme Reiner Wendt, Directeur commercial pour le sud de l’Allemagne chez le spécialiste de l’enlèvement de copeaux Paul Horn : Certes, « l’électromobilité pure réduit les composants à usiner, mais les propulsions hybrides augmentent en revanche leur proportion. »

Andreas Enzenbach, Vice-président du marketing et de la gestion de produits chez Mapal Dr. Kress, voit dans les nouveaux composants des véhicules entièrement électriques ou des véhicules à propulsion hybride « de nouveaux défis pour l’industrie de l’enlèvement de copeaux ; l’usinage des carters des moteurs électriques exige une précision maximale en raison des régimes élevés ».

De même, les véhicules électriques exigent au minimum, pour partie, d’autres composants que les véhicules à moteur à combustion. Ainsi, selon Markus Kannwischer, Directeur technique et membre de la direction chez Paul Horn, ils nécessitent par exemple des connexions de haute précision, de nouveaux composants de transmission, des moteurs électriques et des éléments pour le refroidissement. Même si l’électromobilité impose presque inévitablement le recours à une construction légère, Kannwischer ne croit toutefois pas à une nouvelle augmentation de l’utilisation des plastiques renforcés de fibres de carbone (CFK) et renforcés de fibres de verre (GFK). Dans ce domaine, les aciers emboutis à chaud auraient nettement rattrapé leur retard.

En général, la construction légère aboutit à une multitude de nouveaux matériaux, dont l’usinage est rentable à condition d’employer des outils adaptés. Kannwischer cite à ce propos quelques exemples : « l’utilisation de métaux durs nanostructurés pour l’usinage d’alliages à haute résistance à chaud ou les nouvelles évolutions dans le domaine des revêtements et des procédés d’usinage. »

De tels concepts de construction légère profitent aussi aux machines-outils et aux outils proprement dits. Ainsi, les outils d’alésage longs sont déjà partiellement équipés de porte-outils en CFK.

D’autres méthodes visant à alléger les outils consistent à utiliser des composants à base de matériaux légers, notamment le titane, l’aluminium et les CFK, ou les constructions soudées et la fabrication additive. De l’avis d’Andreas Enzenbach : « Les raisons de l’utilisation d’outils à base de matériaux légers tiennent aux exigences des machines du point de vue de la vitesse de rotation, du poids maximal de changement d’outils, de l’élasticité de la broche et de la dynamique améliorée d’axe et de broche. Concernant les alésoirs extérieurs sur mandrins flottants, la raison est la qualité améliorée des pièces. »

Les outils et éléments de fixation à l’heure de la digitalisation

La digitalisation offre, selon Dr. Niklas Kramer, Product & Industry Segment Director chez Sandvik Tooling Allemagne, la possibilité de « mettre directement et de manière ciblée des connaissances sur les applications à la disposition de nos clients ». Toutefois, il reste encore à déterminer les canaux et plates-formes capables de relayer de manière optimale les informations auprès des clients. La condition sine qua non à un conseil adapté réside systématiquement dans la connaissance précise du contexte initial ; « des données contextuelles concrètes sur la machine-outil constituent une avancée considérable et plus elles seront disponibles sous une forme simplifiée et unifiée, plus l’utilité pour les utilisateurs sera grande ».

Les spécialistes des outils sont amenés à jouer un rôle important dans la digitalisation et l’automatisation de l’usinage des métaux selon Markus Horn, Gérant de Paul Horn : « À nos yeux, l’utilité maximale concerne la digitalisation des données d’outils et la connexion sans fil d’un outil dans la chaîne de processus. Le double numérique constitue la base des augmentations de productivité, à l’instar par exemple de la simulation souvent demandée des processus de tournage et de fraisage. »

Les fabricants d’éléments de fixation ont aussi leur contribution à apporter. « Nous devons examiner l’ensemble du processus d’usinage, car c’est le seul moyen d’éliminer les opérations de serrage et les délais de préparation inutiles », explique avec conviction Stefan Nitsche, Directeur de la gestion de produits chez Hainbuch.

Une voie possible : l’« élément de fixation intelligent ». Ainsi, un mandrin de serrage approprié permettra d’enregistrer par voie électronique la force et le diamètre de serrage au centième de millimètre près, ainsi que la position de la pièce, puis de transmettre ces informations à la commande de machine. « Pour concevoir le système de serrage encore plus intelligemment, nous envisageons la compensation autonome au sein de l’élément de fixation au moyen d’actionneurs. » Cela a ainsi permis de compenser intelligemment, par exemple, même des faux ronds de la pièce au niveau du serrage.

Schunk est un autre grand fabricant d’éléments de fixation. Henrik Schunk, Associé gérant et PDG de l’entreprise, voit particulièrement en Europe la « tendance aux éléments de fixation high-tech et aux solutions entièrement automatisées et connectées, pour lesquelles les éléments de fixation, les systèmes de préhension, le magasinage et le système de chargement forment une seule unité ». Pour la digitalisation et la mise en réseau, les éléments de fixation et pinces ont joué un rôle particulier en raison de leur position au plus près de la pièce : « Ils permettent une flexibilisation du processus ainsi qu’une surveillance et une optimisation permanentes ».
 

À propos du salon AMB
Environ 90 000 visiteurs professionnels internationaux et 1 500 exposants sont attendus au salon AMB 2018 de Stuttgart du 18 au 22 septembre. Sur une superficie brute de plus de 120 000 mètres carrés, il sera possible de voir les innovations et les perfectionnements des machines-outils pour l’usinage par enlèvement de copeaux ou par ablation, des outils de précision, des techniques de métrologie et d’assurance qualité, des robots, des systèmes de manipulation des pièces et des outils, des logiciels industriels et d’ingénierie, des composants, des sous-ensembles et des accessoires. AMB 2018 est organisé sous l’égide de l’Association professionnelle des outils de précision et de l’Association professionnelle des logiciels et de la digitalisation qui sont fédérées au sein du VDMA, ainsi que de l’Association allemande des constructeurs de machines-outils (VDW).

Vous pouvez télécharger le fichier texte, les photos du dernier salon AMB et les logos sur Internet à l’adresse
www.amb-messe.de/presse

twitter.com/amb_stuttgart

Here online accreditation is available from now on around the clock. You will receive your accreditation badge with parking ticket for the press parking area as a pdf file for printing out. Please note: Only press tickets in good print quality can be read by the scanner at the entrance. Please fold your press ticket in DIN A6 format. The catalogue and lanyard are available at the press counter in the East Entrance. Please also note the Accreditation Guidelines of Landesmesse Stuttgart GmbH.

Légende des images :

AMB_2018_PM18_Hainbuch_Stefan-Nitsche :
« Nous devons examiner l’ensemble du processus d’usinage, car c’est le seul moyen d’éliminer les opérations de serrage et les délais de préparation inutiles. » Stefan Nitsche, Directeur de la gestion de produits, Hainbuch (image : Hainbuch)

AMB_2018_PM18_Mapal_Andreas-Enzenbach :
« Les raisons de l’utilisation d’outils à base de matériaux légers tiennent aux exigences des machines du point de vue de la vitesse de rotation, du poids maximal de changement d’outils, de l’élasticité de la broche et de la dynamique améliorée d’axe et de broche. » Andreas Enzenbach, Vice-président Marketing et gestion de produits, Mapal Dr. Kress (image : Mapal)

AMB_2018_PM18_Mapal_Tritan-Drill-HSS :
Conçu pour une rentabilité maximale lors de l’utilisation avec de petites séries : le Tritan-Drill-HSS de Mapal. (Image : Mapal)

AMB_2018_PM18_phorn_Markus-Horn :
« À nos yeux, l’utilité maximale concerne la digitalisation des données d’outils et la connexion sans fil d’un outil dans la chaîne de processus. Le double numérique constitue la base des augmentations de productivité, à l’instar par exemple de la simulation souvent demandée des processus de tournage et de fraisage. » Markus Horn, Gérant, Paul Horn (image : Michael Pyper)

AMB_2018_PM18_phorn_Markus-Kannwischer :
Pour Markus Kannwischer, Directeur technique et membre de la direction chez Paul Horn, la construction légère aboutit à une multitude de nouveaux matériaux, dont l’usinage est rentable à condition d’employer des outils adaptés. (Image : phorn)

AMB_2018_PM18_phorn_PI-Einstellstell-Scheibenfraeser :
Fraise à rainurer innovante de Paul Horn : elle permet une adaptation conviviale en continu à la largeur de rainure. (Image : phorn / Nico Sauermann)

AMB_2018_PM18_phorn_Reiner-Wendt :
« L’électromobilité pure réduit le nombre de composants à usiner, mais les propulsions hybrides augmentent en revanche leur proportion. » Reiner Wendt, Directeur des ventes pour l’Allemagne du Sud, Paul Horn (Image : phorn)

AMB_2018_PM18_Sandvik-Coromant_Niklas-Kramer :
« Des données contextuelles concrètes sur la machine-outil constituent une avancée considérable et plus elles seront disponibles sous une forme simplifiée et unifiée, plus l’utilité pour les utilisateurs sera grande. » Dr. Niklas Kramer, Product & Industry Segment Director, Sandvik Tooling Allemagne (image : Sandvik)

AMB_2018_PM18_Sandvik Coromant :
Sandvik Coromant promet plus de productivité à travers ses technologies, ses procédés et son savoir-faire présentés à l’occasion de l’AMB. (Image : Sandvik Coromant)

AMB_2018_PM13_Schunk_Henrik-Schunk :
« Particulièrement en Europe, la tendance est aux éléments de fixation high-tech et aux solutions entièrement automatisées et connectées, pour lesquelles les éléments de fixation, les systèmes de préhension, le magasinage et le système de chargement forment une seule unité. » Henrik Schunk, Associé gérant et PDG, Schunk (image : Schunk)

AMB_2018_PM18_Schunk_Smarte-Spannsysteme_2 :
Les dispositifs de serrage intelligents tels que ceux de Schunk utilisent leur position au plus près de la pièce pour fournir les données du processus aux machines-outils et aux bases de données. (Image : Schunk)

AMB_2018_PM18_VDMA-FV-PWZ_Markus-Heseding_1806 :
« Tous les indicateurs clés concernant les outils de précision, des commandes à l’exportation en passant par la production, sont en 2017 nettement plus élevés que les chiffres correspondants en glissement annuel. » Markus Heseding, Gérant de l’Association professionnelle des outils de précision du VDMA (image : Michael Pyper)

Download all media as .zipback to overview